Calcul TJM freelance

Les travailleurs indépendants peuvent pratiquer trois méthodes de facturation. Il s’agit de la facturation au package, le tarif forfaitaire et le TJM ou tarif journalier moyen. Le nombre de jours de travail, les charges sociales et fiscales, etc. sont les éléments standards du calcul. Toutefois, le TJM dépend également de critères personnels comme le niveau d’expérience.

Pour un freelance, le TJM est une précieuse indication pour établir sa facturation. Pour le calculer, plusieurs données pratiques doivent être inclues. Ensuite, d’autres critères subjectifs ou variables sont pris en considération. Il s’agit entre autres de la qualification du consultant, du secteur d’activité, etc.

De nos jours, les consultants développeurs sont les plus demandés auprès de diverses entreprises. Autrement dit, la rémunération s’avère plus élevée même pour ceux qui débutent. Qu’est-ce qu’un TJM ? Quels sont les éléments fondamentaux pour le calcul du TJM en freelance ? Qu’en est-il des techniques pour le calculer ? Les réponses sont traitées ci-dessous.

Calcul tjm freelance

TJM : définition

Calcul tjm freelance

Le TJM signifie tarif ou taux journalier moyen. C’est le coût d’une journée de travail facturé à un client. Divers consultants indépendants l’utilisent dans différentes professions. Il peut s’agir d’un freelance dans le webdesign, la décoration intérieure, l’électricité, le coaching sportif, etc.

Pour un freelance, il existe trois techniques de facturation, dont le TJM. La seconde consiste en un tarif forfaitaire : un seul montant immuable pour un service complet. La troisième est la facturation en package. Les télétravailleurs optent souvent pour cette dernière ; ils offrent un abonnement avec une quantité précise de missions mensuelles.

Le calcul du TJM en freelance s’effectue toujours en hors taxe (HT). Il est permis de le calculer en Toutes Taxes Comprises (TTC) si l’on peut clairement mettre la TVA parmi les charges déductibles.

Les travailleurs indépendants ne peuvent prétendre à des congés payés. Les périodes de vacances, non travaillées, participent à la baisse du revenu d’un consultant autonome. C’est la raison pour laquelle, cette pause doit être prise en compte dans les calculs.

Quelles données prendre en compte pour calculer son TJM en tant que freelance ?

Il existe des éléments fondamentaux pour calculer son TJM en tant que freelance. Il s’agit notamment des données suivantes :

  • Le nombre de jours d’activité ;
  • Les missions secondaires dont la gestion de relation client (GRC), la comptabilité, la prospection, etc.
  • Les prix de la concurrence ;
  • La rémunération visée ou ancien revenu en tant qu’employé.

Généralement, les jours non remboursables constituent 30 % environ des heures de travail des consultants. Par ailleurs, se renseigner sur la concurrence permet d’identifier le tarif en cours. Il est recommandé pour le freelance de définir son salaire minimum. Cela lui permettra de couvrir ses dépenses mensuelles.

Ensuite, les données externes sont les références, les flux des coûts et la renommée. De plus, le TJM diffère selon le domaine d’activité. Les composantes internes concernent la qualité des services, l’expertise et les compétences. L’expérience joue un rôle dans la détermination du TJM.

Faire une étude de marché peut être utile pour déterminer un TJM. L’analyse d’un benchmarking s’avère également indispensable pour déterminer la flexibilité de la mission.

Enfin, la prestation doit également être prise en compte. Les missions plus complexes peuvent être facturées plus cher.

Quelles méthodes pour calculer son TJM en freelance ?

Les modes de facturation pour freelance sont nombreux. Le plus courant consiste à calculer le TJM selon le marché, les compétences, la variation des tâches et les charges. Toutefois, un prix dans la moyenne est recommandé pour pouvoir s’aligner avec les autres freelances.

Le niveau d’étude, l’expérience et les diplômes sont des avantages pour valoriser les prestations à facturer aux clients. Les dépenses se définissent comme étant les charges fixes par mois. Il peut s’agir, par exemple, de la facturation d’un logiciel pour un freelance en télétravail.

Un freelance doit déduire des dépenses professionnelles de son revenu. Celles-ci peuvent constituer une somme assez importante. Il est donc recommandé de définir un TJM plus élevé, voire le double d’une rémunération nette.

Les taux suivants peuvent être appliqués au salaire de base : 

  • Plus 35 % pour assurance multirisque ;
  • Plus 40 % pour une clause de mutuelle TNS ;
  • Plus 80 % pour charges sociales ;
  • Plus 90 % pour assurance chômage.

Soit :

TJM = (Salaire mensuel de base + cotisations sociales + assurances + frais professionnels + charges fixes et salariales) / Nombre de jours travaillés.

Pour calculer facilement et rapidement le TJM, les travailleurs indépendants peuvent recourir à un simulateur sur des sites internet. Ces outils calculent le TJM en prenant en compte divers paramètres que l’utilisateur spécifie. Lorsque le freelance a recours à un portage salarial, la simulation du TJM en portage salarial inclut automatiquement les frais de gestion de la société de portage.

Cet article vous a-t-il été utile ?

Note moyenne 5 / 5. Votants: 1