Simulation fiche de paie

Chaque fois que le salarié perçoit sa rémunération, l’employeur est tenu de lui fournir une fiche de paie. Ce justificatif récapitule plusieurs données liées à l’emploi du collaborateur. Son établissement est fortement normalisé par le Code du travail, qui liste un certain nombre de renseignements obligatoires. Parmi ces mentions peuvent être cités la durée du travail, les congés, etc.

En 2018 et 2019, le dressage de la fiche de paie a été modifié avec notamment l’introduction d’un nouveau format. Ces ajustements ont été apportés pour simplifier la présentation et la lecture de ce document. Cette dernière peut en effet constituer un exercice difficile pour beaucoup. Des travailleurs ont exprimé leurs problèmes à appréhender les informations qui y sont mentionnées.

Certains employeurs peuvent également éprouver de la difficulté à mettre le document en place. Pour les aider dans cette démarche, certains éclaircissements s’imposent. Comment dresser une fiche de paie ? Quels sont les éléments qui y sont mentionnés ? Les fondamentaux sont révélés dans l’article qui suit.

Simulation fiche de paie

Fiche de paie : définition

Simulation fiche de paie

La fiche de paie désigne un document que l’employeur donne impérativement à son salarié à chaque versement de sa rémunération. Elle peut donc lui être transmise tous les 15 jours, mensuellement ou trimestriellement. Sa fourniture se fait soit par courrier, soit en main propre, soit par mail si le travailleur et l’employeur en ont convenu.

Également appelé bulletin de salaire, ce justificatif de paiement renferme différents renseignements résumant le travail et le salaire de l’employé. Ces informations revêtent une importance capitale  Des erreurs d’estimation sont susceptibles d’engendrer de graves impacts aussi bien pour l’entreprise que  pour le collaborateur.

Le document permet notamment au salarié de connaître son salaire brut et net. Cela lui est nécessaire pour remplir convenablement sa déclaration de revenus annuelle. Le document lui confère aussi une vision actualisée de ses repos compensateurs, son indemnisation de congés rémunérés, etc. Sa conservation par l’intéressé n’est soumise à aucune limite de durée.

Remarque : la réalisation d’une simulation fiche de paie est conseillée lorsque l’on souhaite embaucher ou réviser le contrat d’un travailleur. Elle contribue à prévoir le coût de revient du recrutement envisagé, par rapport aux charges sociales et fiscales, par exemple. De nombreuses plateformes en ligne proposent un outil gratuit pour effectuer une telle opération.

Comment calculer une fiche de paie ?

L’établissement d’un bulletin de salaire s’opère suivant quelques étapes. Il débute par les montants du salaire brut et net. La démarche se poursuit après par la détermination des informations complémentaires à la rémunération. Ces informations sont :

  • Le revenu imposable ;
  • Le montant de la retenue à la source ;
  • Les dates de congés rémunérés pris par le collaborateur durant la période en cours ;
  • Les frais de transport remboursés par l’entreprise ;
  • Les montants non soumis aux cotisations fiscales et salariales ;
  • La contribution au remboursement de la dette sociale (CRDS) et la contribution sociale généralisée (CSG) ;
  • Le volume d’heures occupées au travail ;
  • Les charges patronales, dont les cotisations d’assurance vieillesse, d’allocations familiales, d’assurance maladie, de maladies professionnelles, d’assurance contre le chômage, etc. ;
  • Les avantages en nature, les primes, etc.

Le salaire est obtenu après calcul de ces variables sur lesquelles l’employé et son entreprise se sont accordés. Ceci au moment de la conclusion du contrat de travail. Les charges correspondent aux contributions fiscales et aux cotisations sociales. Elles sont versées soit par l’employeur ou son collaborateur, soit par les deux parties en même temps.

À noter : certaines erreurs peuvent apparaitre dans la mise en place de la fiche de paie. Certains employeurs se trompent parfois en s’appuyant sur un taux horaire supérieur à la normale pendant des mois. Cette maladresse ne peut être qualifiée de revalorisation salariale. Le travailleur ne peut donc pas réclamer un rappel de salaire après correction de l’erreur.

Comment faire une fiche de paie ?

Le dressage du bulletin de salaire est encadré par le Code du travail, qui impose l’inscription de nombreuses informations. Outre les mentions sur la rémunération à une période définie, le document doit ainsi comporter d’autres données sur l’employé :

  • Son identité ;
  • La fonction qu’il assume au sein de l’entreprise ;
  • La période à laquelle est établie la fiche de paie ;

La législation interdit la présence dans la fiche de paie d’informations sur le collaborateur liée à :

  • Son éventuelle responsabilité au sein du syndicat du personnel ;
  • Son exercice du droit de grève.

Le document inclura par ailleurs obligatoirement des renseignements se rapportant à l’employeur :

  • Son nom ;
  • L’adresse de son siège ;
  • Le numéro d’identification sous lequel il paie les cotisations sociales ;
  • La référence de l’organisme auquel les cotisations de sécurité sociale sont versées ;
  • Le numéro SIREN ;
  • Le code APE si l’entreprise est enregistrée au répertoire de l’INSEE.

Des renseignements facultatifs peuvent s’ajouter à ces données :

  • Les modalités de paiement du salaire net dû (virement, chèque…) ;
  • Le total des salaires bruts et nets sur l’année ;
  • L’adresse de l’employé et son numéro de sécurité sociale ;
  • La nature du contrat de travail ;

Enfin, l’intitulé de la convention collective applicable est consigné dans la fiche de paie. S’il n’en existe aucune, cette mention est remplacée par les références du Code du travail. Celles-ci portent sur la durée du préavis en cas de résiliation du contrat et les congés.

Cet article vous a-t-il été utile ?

Note moyenne 0 / 5. Votants: 0