Simulation indemnité chômage

Grâce au dispositif d’allocation, les personnes en situation de chômage peuvent avoir un revenu de substitution. Le montant de ce revenu dépend de plusieurs paramètres comme le salaire brut que touchait le demandeur. De ce fait, Pôle Emploi effectue des calculs pour pouvoir définir le montant de l’allocation chômage d’un travailleur affilié.

En France comme dans d’autres pays, une personne en situation de chômage a le droit de recevoir des indemnités. Cette allocation peut l’aider à subvenir à ses besoins le temps de retrouver un emploi en entreprise ou en freelance. À titre d’exemple, il y a l’aide au retour à l’emploi ou ARE qui est fournie par Pôle Emploi pour les chômeurs inscrits. Le montant de cette allocation varie en fonction de l’ancienne rémunération du demandeur, mais aussi de son activité. Le calcul de l’ARE peut s’avérer compliqué. Toutefois, l’on peut utiliser des outils qui permettent de faire une simulation indemnité chômage.

Simulation indemnités chomage

Comment est calculé le chômage ?

Simulation indemnités chomage

Pour calculer le montant de l’allocation, Pôle Emploi se base sur le salaire journalier de référence ou SJR. Ce dernier prend en compte la totalité des rémunérations perçues par l’employé sur :

  • Les 24 derniers mois précédant la rupture de son contrat ;
  • Les 36 derniers mois si le demandeur est âgé de plus de 53 ans.

Il est à noter que les congés, les arrêts de travail, les accidents, etc. peuvent avoir un impact sur votre SJR. Pour continuer le calcul, le montant des rémunérations (brute) sera divisé par la durée d’indemnisation (le nombre de jours travaillés et la période d’inactivité). On obtiendra alors le montant du salaire journalier de référence.

Pour finir, le calcul de l’allocation peut se faire deux de façons :

  • 57% du salaire journalier de référence ;
  • 40,4% du SJR additionné à 12.95 euros par jour (montant en vigueur depuis le 01/07/2022).

Ensuite, le montant le plus élevé sera retenu et fera office d’allocation. Cependant, pour faciliter son calcul, il est recommandé de procéder à une simulation indemnité chômage. Il suffit de renseigner toutes les informations nécessaires sur le simulateur.

Quel est le minimum chômage par mois ?

Le montant de l’allocation dépend des précédents salaires perçus par la personne. Mais, pour toucher une indemnité, il faut avoir perdu son emploi de façon involontaire. De ce fait, le demandeur doit fournir les documents qui démontrent la raison de son chômage. Il doit aussi mentionner la date de la fin de son contrat et la période minimale de travail.

En ce qui concerne le montant minimum de l’indemnité, il a été revu à la hausse depuis le 1er juillet 2022. Actuellement, le montant minimal de l’ARE est de 30,42 euros par jour si auparavant il était à 29,56 euros. Quant au montant maximal, il est de 256,96 euros bruts par jours si le demandeur travaillait à temps plein. Pour une personne qui avait une activité à temps partiel, le montant de l’ARE est de 471,51 euros minimum par mois. Soit 15,21 euros par jour. 

Il est tout de même à noter que le coût de l’ARE ne peut pas dépasser les 75% du SJR.

Quel est le délai pour toucher le chômage après une rupture conventionnelle ?

Le délai d’indemnisation est égal au nombre de jours calendaires compris entre le premier jour de travail et le dernier. Et ce, sur les 24 ou 36 mois de travail, que la personne ait travaillé ou non. De ce fait, la durée de la période durant laquelle l’on peut toucher l’indemnité de chômage ne peut être inférieure à 182 jours. Ce qui équivaut à 6 mois d’activité.

Il est à préciser qu’un coefficient de 0,75 est assorti à cette durée d’indemnisation depuis le 1er février 2023. Cela ramène le délai minimum à 4 mois. Mais il faut prendre en compte que ce délai peut varier en fonction de plusieurs paramètres comme la conjoncture économique (marché du travail) ou l’âge. À titre d’exemple, si la personne à entre 53 et 54 ans, le délai minimum est de 228 jours.

Cette période d’indemnisation est aussi rallongée pour les travailleurs proches de leur départ en retraite (moins de quatre ans). Pour le moment, le principe est que le délai maximal est de deux ans, mais cela peut changer en fonction de la situation et des réformes.

Cet article vous a-t-il été utile ?

Note moyenne 0 / 5. Votants: 0