Calcul masse salariale

La masse salariale constitue un poste budgétaire majeur pour un grand nombre d’entreprises. Il est donc primordial de faire preuve de rigueur au moment de son calcul. Calculer la masse salariale consiste à additionner les traitements et les rémunérations payés pendant l’année, plus les primes. Les conditions patronales et les avantages en nature ne sont pas compris.

La masse salariale est un indicateur essentiel dans une entreprise. Cet outil aide à mettre en place une stratégie de rémunération efficace. Il permet aussi de déterminer les charges de personnel sur le chiffre d’affaires pendant un exercice. Finalement, l’entreprise peut évaluer plus facilement les dépenses nécessaires à son fonctionnement.

Les frais d’embauche de personnel influent fortement sur la compatibilité d’une entreprise. Le ratio rémunération des salariés sur valeur ajoutée des sociétés a fortement oscillé dans l’Hexagone depuis plus de 30 ans. Il existe aujourd’hui différentes manières d’estimer la masse salariale. Quel que soit le mode de calcul utilisé, il vaut mieux se baser sur des données fiables.

Calcul masse salariale

Quelle est la masse salariale ?

Calcul masse salariale

Selon l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee), la masse salariale capitalise les salaires bruts des employés. Ce qui correspond aux primes, aux rémunérations et aux charges sociales cumulées durant l’exercice. Les charges patronales et les avantages en nature (biens ou services fournis par l’entrepreneur à certains de ses salariés). Cela peut être une voiture de société, une habitation, etc.

Le dispositif Clap (Connaissance locale de l’appareil productif) intègre cette notion dans ses statistiques. En clair, les appointements équivalent aux traitements et primes des travailleurs durant l’année d’exercice. Souvent appliqué en interne, la masse salariale est très utile à une entreprise. L’outil permet de déterminer exactement l’impact des charges de personnel sur le chiffre des ventes.

Le calcul de la masse salariale est également nécessaire pour s’acquitter de certains impôts ou procéder à des relevés sectoriels. Néanmoins, certains spécialistes se servent d’autres paramètres pour faire une estimation de leurs ratios internes. C’est le cas notamment de la masse salariale comptable, qui considère plus les charges patronales. Contrairement à la masse salariale budgétaire, dont seuls les dédommagements pour cause de licenciement comptent et non les cotisations patronales.

Quels sont les éléments de la masse salariale ?

Les charges de personnel

Entre 1971 et 1983, le ratio rémunération a connu une hausse comprise entre 57 et 67 %. Avec l’application de la mesure « tournant de la rigueur », il a connu une baisse de 1983 à 1989. Depuis, le ratio évolue en fonction de la taxe et de la conjoncture économique. De 2008 à 2018, le ratio a augmenté entre 53 et 59 % sur la valeur ajoutée des sociétés françaises.

En 2015, le salaire brut mensuel des travailleurs à temps plein s’élève en moyenne à 3 000 euros. La rémunération nette de l’ensemble des taxes prélevées sur les revenus est de 2 251 euros en moyenne. Ce qui équivaut à 75 % du salaire brut. Les appointements nets moyens sont établis en fonction de la taille de l’entreprise. Plus celle-ci est de grande taille, plus ils sont élevés.

Le salaire net médian en EQTP

La rémunération nette mensuelle moyenne en EQTP (salaire en équivalent temps plein) est de 1 816 euros. Le salaire moyen est plus élevé que l’appointement médian (24 %). La ventilation plus importante des rémunérations, au-dessus de la moyenne, en est la cause. Celle-ci divise la moitié des appointements supérieurs et celle des rémunérations les plus faibles. En 2015, la rémunération nette en EQTP affiche moins de 1 213 euros par mois. Les 10 % des salaires les moins bien payés, lors du 1er décile, sont concernés ici. Les 10 % les mieux rétribués (9e décile) excèdent les 3 649 euros.

Les éléments complexes

Pour bien gérer la masse salariale, le gestionnaire doit considérer différentes formes de coûts :

  • Les ressources externes (intérimaires, etc.),
  • Les frais externes (transport, etc.) ;
  • Les intéressements.

Certains de ces coûts sont difficiles à maîtriser, ils peuvent donc être pilotés. C’est le cas des avantages sociaux ou des rémunérations variables. Il existe d’autres éléments complexes, tels que les provisions pour congés payés. En effet, ils s’effectuent en année N et sont payés en N+1. Les opérations diverses comptables représentent aussi, à chaque fin de mois, des montants conséquents difficiles à maîtriser.

La gestion des effectifs est un autre élément complexe. Lorsqu’un employé intègre une société en fin décembre, pour les RH, il va compter pour un ETP (Équivalent Temps Plein) sur l’année. Alors que pour la DAF, l’impact sur la masse salariale est insignifiant sur l’année.

Comment calculer la masse salariale ?

La masse salariale d’une société considère les charges patronales et les éléments habituels. Le calcul des charges s’avère donc nécessaire pour établir certains documents comptables. Pour calculer la masse salariale, il faut ajouter la totalité des coûts prélevés sur les salaires des employés. Il faut ensuite enlever les charges patronales et les avantages en nature.

Concrètement, il existe trois façons de calculer la masse salariale.

La masse salariale brute

Le calcul de la masse salariale brute aide à définir les objectifs sociaux et humains. Ce qui regroupent les recrutements, les rémunérations, etc. Il faut alors additionner les salaires bruts, les primes et les heures supplémentaires, puis retrancher le montant des cotisations patronales.

Le budget prévisionnel

Le budget prévisionnel se rapporte aux changements liés aux effectifs, comme l’absentéisme, les départs programmés, turn-over, etc. Il regroupe le montant des rémunérations brutes, les cotisations patronales, les indemnités de renvoi, les provisions des congés payés.

Le compte de résultat

Le compte de résultat permet de déterminer si une entreprise est rentable ou non. Il additionne les appointements bruts, les encouragements, les heures supplémentaires, les cotisations patronales et les provisions des congés payés.

Cet article vous a-t-il été utile ?

Note moyenne 0 / 5. Votants: 0