MIA, l’outil signé Digitalent, est mis à disposition des étudiants de Berkeley

Digitalent, l’entreprise est connue pour proposer des solutions no-code aux professionnels, allant des TPE aux grandes entreprises. Elle est particulièrement connue pour son IA nommée MIA. Pour l’heure, l’outil est présent auprès des universités, dont Berkeley aux États-Unis, mais aussi d’éminents établissements situés en France. Avantageux pour les universitaires, ces partenariats élargissent également les perspectives de l’entreprise.

Moteur d’Intelligence Artificielle ou MIA, l’outil destiné aux projets d’analyse de données, est exploité par des grandes écoles. Si Digitalent, concepteur de la plateforme, se spécialise aujourd’hui en programmes informatiques no-code, ses débuts remontent à 2015. Ses premières interventions portaient alors sur le conseil en business intelligence auprès de plusieurs grands comptes. MIA, la plateforme dédiée aux entreprises, est le fruit de deux années de recherche et développement. Une des finalités de MIA est de soutenir les professionnels dans la réalisation de leurs projets relatifs aux données. Digitalent compte également vulgariser le recours à l’IA. C’est dans ce deuxième objectif que s’inscrit ce partenariat avec les institutions universitaires.

MIA investit les universités

MIA est actuellement opérationnel auprès d’universités reconnues comme l’EM Lyon et Stanford. Ce déploiement compte également Berkeley, l’université américaine située en Californie.

Au Berkeley Fisher Center for Business Analytics (FCBA), les professeurs et les étudiants en Master ont en effet accès à l’outil. Le partenariat cible particulièrement l’analyse et le traitement de données, comme le calcul charges salariales.

Au travers de cette collaboration, l’université et l’entreprise visent des objectifs communs, notamment :

  • L’accès aux IA pour les étudiants pressentis aux métiers support ;
  • L’évaluation de la contribution des systèmes no-code dans la conception d’une analyse.

La mise en œuvre de ce projet collaboratif est également avantageuse pour chaque partie. Pour leur part, les étudiants ont l’opportunité de se familiariser avec l’intelligence artificielle, lors de séances d’initiation en groupes. Envisageant de présenter MIA à une université parisienne, les enseignants de Berkeley privilégient, eux, des solutions proposées par l’outil. En ce qui concerne Digitalent, les retours provenant des usagers sont pris en compte pour mettre l’outil à jour, à raison de deux versions par an.

Un partenariat qui ouvre les horizons à Digitalent

Le partenariat avec les universités renommées a permis à Digitalent de développer plus d’une soixantaine d’algorithmes employés par MIA. La démocratisation de l’outil dans divers domaines, comme le calcul charges salariales, semble un pari gagné. Le directeur exécutif du FCBA, s’explique :

« Grâce aux profils très différents des utilisateurs, notamment juniors et étudiants, le partenariat permet de démontrer que grâce à l’intelligence artificielle no-code, le domaine de l’analytique peut devenir un cœur de métier accessible à tous sans connaissance préalable en informatique ».

L’un des résultats probants de cette collaboration est la sollicitation de Digitalent par de grandes marques comme :

  • Société Générale ;
  • Axa ;
  • Vinci ;
  • Accor ;
  • RATP ;
  • Rue du commerce ;

Les professionnels apprécient également la fiabilité et la facilité d’utilisation de la plateforme, nécessitant à peine quelques clics. D’une part, le système no-code se veut une approche pratique à tous les niveaux, des petites entreprises aux compagnies de grande envergure. D’autre part, il facilite également la manipulation de l’outil, que l’utilisateur soit expert data ou non. Chez Digitalent, son directeur général adjoint avance que :  

« Le métier a des difficultés à échanger avec des experts et le no-code vient en soutien. Les métiers ont donc un mode automatique tandis que les data scientists peuvent […] faire davantage de tests plus rapidement.»

En outre, les options proposées par MIA permettent aux entreprises de gagner en efficacité : 

  • Outil pour enrichir les données employées en accédant à des banques de données open source ;
  • Dispositif d’assainissement des données pour en assurer la qualité ;
  • Interface de visualisation, pour une prédiction basée sur les données choisies.

Dans un avenir proche, Digitalent prévoit de coupler MIA avec les IA génératives : Bard et ChatGPT. La création d’un répertoire de prompts est également en vue. Pour Digitalent, MIA et ses prédictions analytiques renforcent la fiabilité des données. De plus, les projets data et les prises de décision sont optimisées.

Cet article vous a-t-il été utile ?

Note moyenne 0 / 5. Votants: 0