Conseil scientifique d’Euronext : Worldline et Alstom sur la sellette

Jeudi 7 décembre est une date à inscrire dans les annales de la Bourse de Paris cette année. Le conseil scientifique d’Euronext, gestionnaires de marchés boursiers européens, a choisi ce jour pour délibérer sur le CAC 40. Principal indice boursier de la place de paris, il regroupe 40 sociétés françaises aux volumes d’échanges de titre particulièrement importants.

Cette semaine marque une étape décisive dans l’évolution du marché boursier en France. Pour cause : Euronext a décidé de tenir son conseil scientifique trimestriel ce jeudi 7 décembre. Au programme les experts prévoient de discuter de l’avenir du CAC 40, notamment de sa composition. La grande question est : quelles valeurs intégreront le classement et lesquelles en sortiront, à l’instar de Vivendi ? La situation semble tourner en défaveur de Worldline et Alstom.  En revanche, les résultats récents portent à croire qu’Accor aurait des chances de se repositionner. Spéculations ou faits ? Voici enfin des statistiques fiables pour une analyse bien fondée.

Quels sont les enjeux de la décision du conseil scientifique ?

L’issue de la réunion revêt une importance capitale pour les valeurs entrantes et sortantes. Intégrer l’indice représente, en effet, la possibilité de privilégier des flux acheteurs venant de la gestion passive. À noter que le calcul des charges reste à considérer dans le cas d’une activité boursière en portage salarial.

Néanmoins, les changements au niveau de la composition du CAC 40, n’ont pas d’incidence significative sur l’indice. Un contributeur à la lettre Vernimmen qui est enseignant en finance à HEC explique :

« Les modifications dans la composition du CAC 40 ne devraient pas avoir d’influence majeure dans l’évolution de l’indice. Tout simplement, car les plus petites capitalisations du CAC 40, qui concernent donc les nouvelles entrées, représentent une très faible pondération dans la construction de l’indice ».

Pour choisir les valeurs intégrant ou quittant le CAC 40, le comité scientifique se base sur deux paramètres principaux :

  • Les volumes d’échanges ;
  • L’importance de la capitalisation boursière flottante.

Outre ces critères techniques, d’autres facteurs peuvent également entrer en ligne de compte. Le conseil peut par exemple considérer la diversité sectorielle de l’indice.

Un avenir prometteur pour Accor et incertain pour Worldline Alstom

En juin, Edenred avait intégré le CAC 40 au détriment de Vivendi. Un autre remaniement de ce genre semble au goût du jour, compte tenu des résultats d’octobre.  D’une part, CAC Next 20 pointe sur les bons résultats boursiers du groupe hôtelier Accor. Depuis janvier, la valeur du groupe dirigé par Sébastien Bazin s’est accrue de 39%. De plus, son flottant de 75% et sa capitalisation boursière dépassant les 8 milliards d’euros jouent en sa faveur. Le calcul des charges reste un élément à garder en tête pour évaluer la performance économique d’une entreprise.

Pour Worldline, la situation est moins idéale, avec :

  • Une baisse de -59% au mois d’octobre ;
  • Un renoncement aux objectifs de moyen terme ;
  • Une croissance inférieure aux attentes.

Enregistrant une régression de -37,58%en octobre, Alstom risque également sa place. Malgré une baisse moins marquée que pour Teleperformance, le professionnel du ferroviaire reste moins performant en matière de capitalisation boursière. Avec ses 8,2 milliards d’euros, l’expert en Relation Client surpasse Alstom de 3,7 milliards d’euros.

Cet article vous a-t-il été utile ?

Note moyenne 0 / 5. Votants: 0