abCSR emploie une somme importante pour faire évoluer ses solutions RSE destinées aux PME

abCSR vient de regrouper un montant important pour financer ses activités. Spécialisée dans l’évaluation de performance RSE, la start-up se focalise essentiellement sur les petites entreprises. Pour traiter la demande de sa clientèle, la jeune pousse procède depuis une plateforme dédiée. Si les informations comptables ont toujours figuré dans leur reporting extra-financier, les données sociales sont désormais à intégrer.

abCSR vient récemment de dépasser la barre du million d’euros pour ses solutions RSE ou Responsabilité Sociale des Entreprises. Créée en 2018 par Jérôme Verdiell et Olivier Brongniart, la start-up propose une plateforme RSE dédiée aux petites ETI, PME, et TPE. Pour ce faire, cette start-up s’aligne aux normes internationales, les ODD.

À titre de rappel, le reporting extra-financiers n’est pas un impératif légal pour ces entreprises. Pour faire comprendre l’importance de la RSE à ces catégories de professionnels, il est essentiel de déployer des moyens de sensibilisation. Dans cette perspective, l’initiative de collecte de fonds prise par la jeune pousse abCSR prend tout son sens.

L'état actuel de la RSE et la stratégie d’abCSR

D’après le baromètre de la RSE 2022, 56% des entreprises consacrent peu ou aucune ressource financière à la démarche Responsabilité Sociale des Entreprises. Malgré son importance croissante sur la scène internationale, il est donc peu probable que cette approche soit incluse dans les charges auto-entrepreneurs.

À ce jour, les rapports RSE publiés annuellement par abCSR sont évalués à un millier. Conçus pour sa clientèle, les documents présentent plusieurs niveaux de détails et de spécificité (trois). Pour évaluer l’efficacité RSE de chaque entreprise cliente, abCSR se réfère aux données suivantes :

  • Les données existantes au sein de l’entreprise ;
  • Le Fichier des écritures comptables (FEC) pour les données comptables ;
  • Le fichier DSN pour les informations d’ordre social ;
  • 50 sources d’informations extérieures.

En outre, Olivier Brongniart explique que les rapports d’abCSR intègrent davantage d’information au fil du temps. Selon ses mots :

 « […] nous annonçons l’insertion dans notre solution des fichiers DSN associés à la gestion de la paie des entreprises. Avec 20 nouveaux indicateurs complémentaires qui seront publiés d’ici la fin de l’année. À ce titre, il existe beaucoup d’indicateurs qui font écho à des problématiques de DRH comme l’évaluation de la partie sociale (accord d’intéressement, taux d’absentéisme…), la promotion de la marque employeur pour le recrutement et la fidélisation des collaborateurs ».

Par ailleurs, la méthodologie d’abCSR tient également compte de standards reconnus, à savoir :

  • Les ODD ou Objectifs de Développement Durable de l’ONU ;
  • La SASB Materiality Map ou matrice de matérialité ;
  • La norme ISO 26000, relative à la responsabilité sociale.

La deuxième approche repose sur une norme américaine de reporting privée connue sous le nom de Sustainability Accounting Standards Board.

Une collecte de fonds de plus de 1 million d’euros

Actuellement, les entreprises ciblées par abCSR se trouvent en-dessous du niveau réglementaire en matière de reporting RSE. Pour plusieurs, cette démarche est encore manifestement envisagée comme s’ajoutant aux charges auto-entrepreneur, et non un investissement.

Pour l’heure, abCSR compte une dizaine de collaborateurs, un effectif prévu doubler dans les douze mois à venir. L’objectif d’abCSR est simple : proposer une solution RSE simple, rapide, mesurable et tangible aux entreprises.

D’après Monsieur Brongniart, abCSR et ses investisseurs en sont à leur 3e rencontre d’envergure. Résultat : le montant des derniers fonds sécurisés par abCSR s’élève à 1,5 million d’euros. Parmi les partenaires potentiels, l’entreprise cible :

  • les développeurs de logiciel spécialisés dans la paie et les ressources humaines, comme Talentia ;
  • les cabinets d’experts-comptables comme RSE INVEST, Axens ou encore Fiteco.

Pour répondre aux besoins de sa clientèle, l’entreprise fait appel à une notation extra-financière et un tableau de bord multi-indicateurs. Elle opère depuis une plateforme SaaS. Avec la somme collectée, l’entreprise compte investir dans la R&D ainsi que son réseau commercial. D’ici 2024, l’entreprise prévoit un volet de formation pour aider les entreprises à piloter leur stratégie RSE efficacement.

Cet article vous a-t-il été utile ?

Note moyenne 0 / 5. Votants: 0